Retour en Suisse

Pour le retour, train à grande vitesse Italo, le concurrent de Trenitalia. Tout aussi confortable et service à peu près équivalent. Toujours cette sensation étrange de traverser l’Italie à 300 km/h, quand on a connu les vieux trains Eurocity d’il y a 30 ans…

La domus aurea: promenade souterraine

Ce matin, le temps est un peu mitigé: petite pluie fine. Pas très grave, car je serai à l’abri lors de la visite de la domus aurea, juste à-côté du Colisée. Le site n’a été ouvert au public que depuis 2000, avec davantage de périodes de fermeture que d’ouverture: travaux de consolidation du site, infiltrations d’eau… Mais bon, depuis 2 ans, ça a l’air de tenir! On équipe tout de même les visiteurs de casques, car on entre dans un chantier de fouilles. Les visites n’ont lieu que le week-end, car la semaine, les archéologues travaillent! La domus aurea, c’est un peu le Lascaux de l’antiquité. La visite passe de chambres en chambres, de galeries en galeries, et l’on découvre de très beaux restes des décorations murales de l’ancien et gigantesque palais de Néron. Dans une grande salle, au plafond, un trou: c’est par là qu’à la Renaissance les premiers visiteurs sont passés. Les salles étaient pleines de gravats, mais une petite galerie sous les plafonds permettait de visiter et d’admirer les peintures.  La visite en vaut vraiment la peine, loin des foules du forum ou des musées du Vatican.

imageimageimageimageimage

 

Repas romain

Vendredi soir, après 25 km de marche dans Rome, selon mon iPhone, il est temps d’aller manger! Le bistrot où je voulais aller étant encore complet, je me trouve un Pane vino e San Daniele, pas loin du Largo d’Argentina. Excellent jambon, très bonne mozarella, et un truc assez bon, le sfomuto à la truff et et aux bolets,une sorte de purée de pommes de terre cuite au four très chaud. Pas mal du tout. Peut-être à éviter quand il fait 30 degrés… Pour le dessert, 3e glace de la journée, chez Da Palma cette fois, marrons glacé-cassata, délicieux. Et pour finir, un cappucino chez Eustache…

Des Ecossais partout!

Ça a commencé sur la place du Panthéon: un groupe d’Ecossais, assez facilement reconnaissable à leur  absence de pantalons, plus ou moins avantageusement remplacés par un kilt… Ensuite, au musée du Capitole, puis de nouveau dans les rues, assez reconnaissables cette fois à leur pinte de bière dans la main… Quelle est la raison de cette invasion? La béatification de St Andrews? Non juste un match de rugby Italie-Ecosse cet après-midi!

Rome, Berlin et l’histoire

A Rome comme à Berlin, impossible de faire 10 mètres sans être confronté à l’Histoire. Mais les deux villes se différencient par la manière dont on ressent ce poids et cet héritage. Autant l’Histoire, particulièrement l’Histoire du XXe siècle, apparaît comme omniprésente et chargée à Berlin, autant l’Histoire plus ancienne, semble naturelle et légère à Rome. J’aime ces entrelas de constructions, de murs de différentes époques, ces Palais, ces églises, ces ruines toujours en cours de fouilles archéologiques et cette impossibilité de construire un métro sous le centre de Rome…

Le Capitole

Après le Palatin, la colline la plus proche, c’est le Capitole. Je découvre ses musées que je ne connaissais pas. On y trouve pas mal de belles antiquités, dont le célèbre Marc Aurèle, ou la statue de la louve!

imageimage

 

Visite privée au Palatin…

Depuis le Vatican, je décide d’aller au Palatin à pied. J’ai réservé une visite à 12h45 et j’ai le temps. Je traverse donc tout le centre de Rome en marchant. C’est assez long, mais c’est beau! Arrivé sur place, une guide vient me demander si je suis là pour la visite des maisons d’Auguste et Livie, je réponds oui, et elle me dit, alors en route, vous êtes le seul! J’ai donc droit à une visite particulière des deux maisons, ce qui, au vu du nombre de touristes au mètre carré, est un petit privilège. Bon, d’abord il faut escalder le Palatin, ça tombe bien, j’avais pas encore complétement mal au jambes… Puis ouvrir deux ou trois portes pleines de cadenas et voilà ce que je découvre:

image

image

 

 

Une succession de salles ausi richement décorées les unes que les autres! Absolument magnifique.

Le Vatican

Visiter la basilique St-Pierre à 8 heures du mtin, c’est un vrai plaisir. Pas de queue pour entrer, et encore très peu de monde. Il faut dire qu’à l’intérieur c’est quand même assez grand… Le baldaquin fait juste 30 mètres de haut… 10 étages…  Après la visite, le musée. C’est bien de réserver à l’avance… Ça permet de dépasser les 200 mètres de queue à l’ouverture, d’entrer sans attendre et d’aller très vite à la chapelle sixtine.  Un vrai bonheur. Encore très peu de monde, et tout le temps d’admirer les peintures de Michel-Ange.  Ensuite, il faut presque refaire tout le tour du musée pour aller voir les chambres de Raphaël, et notamment cette peinutre représentant plein de philosophes:

image

Y a Platon en toge rouge (avec la téte de Léonard de Vinci (!)),  Diogène qui traîne par terre, Socrate en vert tout à gauche, etc. Je visite encore quelques antiquités romaines, c’est pas ça qui manque… et je me rends compte que j’ai déjà mal aux jambes! Pourtant la journée n’est pas finie.