Suite de promenade romaine

La promenade baroque se poursuit, d’églises en églises, de fontaines en fontaines, en passant par la librairie française de Rome – impossible de ne rien acheter- pour se terminer Place du Panthéon. Un peu de repos, et en route pour le repas du soir et une promenade (un peu écourtée) sous la pluie.

image  image

Bon appétit!

Au menu, mozzarella et jambon cru, tranche de pizza dans la rue, puis glace marron glacé-cassata, avec un peu de crème fouettée chez Giolitti…

image

Tout en regardant tomber la pluie, car il s’est mis à pleuvoir sérieusement… Les rues se sont vidées, seuls quelques vendeurs de parapluies sont apparus…  Rien à faire, impossible pour le moment de quitter Giolitti. Pas grave…

La vue depuis la « machine à écrire »

Le seul endroit de Rome où l’on ne voit pas l’horrible « Machine à écrire », c’est sur la machine à écrire… Bon, il y a une petite surprise pour accéder à l’ascenseur:

image

Il faut d’abord escalader une bonne centaine de marches, car c’est de là-haut seulement qu’il part, l’ascenseur! Mais bon, il faut bien le dire, ça en vaut la peine… Il y avait juste un peu de soleil, pour éclairer le forum, le Colisée, la coupole de St-Pierre…

imageimage

image

Quelques églises pour faire connaissance avec le Bernin

Après un passage dans la basilique construite dans les anciens thermes de Dioclétien, visite de deux ou trois églises du Bernin, pas très loin du Quirinal…

image

La basilique Santa Maria degli Angeli, dans les murs des thermes…

image

La célèbre Sainte Thérèse de Santa Maria della Vittoria…

image

L’étonnant marbre de Saint Stanislas dans l’Eglise de Sant’Andrea du Quirinal.

Mon guide de voyage

Comme avec Corto Maltese pour Venise, comme pour Berlin, j’ai décidé de suivre quelques promenades proposées par le guide « Rome, itinéraires avec Alix »,de Lonely Planet. Ça tombe bien, l’une des promenades commence près de la gare, vers les thermes de Dioclétien. Et puis pour le moment le temps est très agréable, il fait bon, un peu de soleil et de ciel bleu… Alors en route…

image

L’arrivée à Rome et le musée romain

Comme toujours, le train longe une bout de mur romain, s’arrête quelques minutes dans un no man’s land de rails, puis redémarre pour terminer sa course à Roma Termini. Comme toujours, Roma Termini est laide, mais comme toujours, c’est Rome et on lui pardonne… Et puis pas besoin de courir très loin pour découvrir des merveilles: à peine à 100 mètres, sur la place de la gare, se trouve le Palazzo Massimo, qui abrite des mosaïques, des fesques et des statues issues des fouilles romaines. Les peintures de la villa de Livie ou celles retrouvées près du palais Farnese, près du Tibre sont splendides.

imageimageimage