Le kakigori, remède à la canicule

Une découverte dès nos premiers jours au Japon, sous des températures caniculaires: le kakigori. De la glace pilée avec un sirop de citron, de pastèque ou de macha bien sûr. On s’assoit pour le déguster ou on l’achète à l’emporter auprès des nombreux marchands de boissons. Hyper rafraîchissant lorsqu’il fait très chaud, mais à déguster lentement sous peine de se refroidir un peu trop vite les sinus!

Ci-dessus, à droite, le meilleur, à Nara, avec petit biscuit en forme de biche et délicieux morceaux de citron confit.

On boit quoi?

C’est vrai ça, on boit quoi au Japon? Ça dépend, mais pas que du saké. Il faut dire que lorsqu’il fait 36 à 38 degrés plusieurs jours de suite, on boit d’abord de l’eau et des boissons désaltérantes délivrées par les automates à boissons, judicieusement placés sur notre chemin. Nous n’arrivons plus à faire le compte exact de bouteilles achetées, mais pour la famille, on doit être à une centaine après trois semaines…

Ensuite il y a l’eau et le thé que l’on se fait proposer assez systématiquement à peine arrivés dans un restaurant. Stylé et accueillant, il y a encore du boulot en Suisse…

Nous avons essayé le vin, en achetant une bouteille de vin japonais, mais il avait un goût sucré un peu curieux… Nous avons dès lors opté pour la bière. Il en existe de nombreuses sortes et nous sommes tombés sur une petite brasserie locale à Miyajima…

Le musée des chemins de fer de Kyoto

Petit retour en arrière, à Kyoto, où nous avions visité le musée des chemins de fer de la ville. On y trouve un panaroma de l’histoire des chemins de fer japonais, avec de nombreuses locomotives à vapeur, et bien sûr quelques exemples de Shinkansen, anciens et récents. Mais on y trouve aussi de nombreuses expositions interactives sur le fonctionnement du chemin de fer, de la signalisation au ballast. Un coin avec des simulateurs de conduite, une locomotive à vapeur en activité, bref, de quoi passer une matinée instructive…

La pluie arrive, journée à Shinjuku

Cela faisait donc 3 semaines que nous n’avions pas eu une goutte de pluie. Mais ça a changé ce matin, avec l’arrivée de fortes pluies et de forts vents prévus ce samedi et demain dimanche. Le bal des parapluies a donc commencé: à l’entrée des magasins, machines à emballer votre parapluie, et partout, même chez Tower Records, on vend des parapluies pour pas cher…

En prévision du mauvais temps, nous avons décidé aujourd’hui de rester dans notre quartier de Shinjuku. Nous sommes allés à pied au Togo memorial museum, dans l’un des grands buildings de Shibuya (voir photo ci-dessous). Au 42e étage. Là, une très belle exposition temporaire d’oeuvres d’artistes japonais effectuées au pastel. On y a découvert quelques petits chefs d’oeuvre. L’expo était d’ailleurs sponsorisée par un fabricant de pastels, qui les vendait au shop. Il y avait même un espace pour faire des dessins à la sortie. Pas mal fait.

Il fait aussi signaler la remarquable et remarquée présence dans ce musée d’une des versions des tournesols de Van Gogh, qui fut durant un moment, selon l’un de nos guides, le tableau le plus cher du monde…

Ensuite, entre deux averses, nous essayons de trouver un restaurant de ramen dans les multiples centres commerciaux de Shinjuku, et nous finissons dans un restaurant hawaïen qui sert des pancakes avec tout: avec les fuits, avec la salade, etc.

Après ça, nous restons à l’intérieur et nous nous promenons dans les magasins… Muji, Uniqlo, Isetan et sa magnifique food hall, Don Quijotte et son magnifique n’importe quoi…

Après avoir acheté des bentos, nous passons la soirée dans l’appartement. Ci-dessus l’une des vues sur la ville depuis l’appartement.