Lundi 23 juillet, journée trains

Décidément, les trains au Japon, on aime bien. D’ailleurs on en a fait durant une bonne partie de la journée… Nous avons quitté l’île de Naoshima ce matin avec le ferry, puis 4 trains différents, dont un très confortable Shinkansen, nous ont mené à Kanazawa, où nous ferons étape deux nuits, avant Tokyo.

Premières impressions de Kanazawa, à la tombée de la nuit. A suivre.

Ce soir, pour changer un peu nous décidons de manger… italien, en passant devant une trattoria tenue par un couple de Japonais qui ont passé quelques années dans le Piémont et en ont rapporté tout le savoir-faire. Excellent repas.

Un dimanche à Naoshima

Nous quittons Himeji et son château pour Okayama, en shinkansen, bien entendu. Ensuite, deux petits trains nous emmènent à Uno, d’où part le ferry pour l’île de Naoshima.

Notre petite maison pour la nuit:

Naoshima, c’est l’île aux musées d’art contemporain. On peut pas prendre de photos dans les musées, mais voici un petit aperçu trouvé sur ce lien: http:d//benesse-artsite.jp/en/art/chichu.html

C’est pas mal du tout, bâtiments créés par l’architecte Tadao Ando, et quelques super trucs, comme une salle réservée à des nymphéas de Monet (avec jardin inspiré à l’entrée du musée (voir ci-dessous).

Nous avons visité trois musées dans un décor méditéranéen, où, heureusement, toutes les salles étaient climatisées, car même s’il ne fait plus 38 degrés, le thermomètre reste bloqué aux environs de 33…

La célèbre courge symbolisant l’île aux musées:

Le soir, en plus un dimanche, tout ferme tôt… Le seul bistrot ouvert était complet et nous avons dû compter, une fois de plus, sur notre bienfaiteur, le seven eleven du coin, qui nous a bien dépannés!

Samedi 21 juillet, étape à Himeji

Nous devons déjà quitter l’île de Miyajima ce matin, afin de poursuivre notre voyage vers Himeji. Nous serions bien restés un jour de plus, au bord de l’eau, pour profiter un peu d’une plage située de l’autre côté de l’île ou pour faire une excursion en télécabine sur l’une des montagnes. Le ferry nous attend, cap sur la terre ferme, et les trains japonais.

À Himeji, nous visitons le célèbre château, et nous ne nous doutons pas, en l’approchant, que nous gravirons tous les étages, jusqu’au dernier, en chaussettes… l’app « santé » de l’iphone a tout de même comptabilisé 14 étages…

Le château blanc domine majestueusement la ville, et il est illuminé le soir. Juste à côté, un très bel ensemble de jardins.

Nous terminons la journée par un peu de shopping, puis par un repas japonais à proximité de la gare.

Le seven eleven du coin, notre bienfaiteur

Quelques lignes pour évoquer le seven eleven du coin. Il y en avait bien sûr un à deux pas de notre maison de Kyoto, ouvert tout le temps. On y trouve tous les produits d’un «conveniance store», mais aussi un distributeur de billets de banque, les journaux, et on peut aussi y envoyer ses bagages pour sa prochaine destination, ce que nous avons fait.

Bref pas un jour sans que nous ne passions pas au moins une fois chez notre bienfaiteur!

Vendredi 20 juillet, 2 stars japonaises

Nous quittons Kyoto et ses centaines de temples ce matin pour aller prendre le Shinkansen, la star du train japonais. Impressionnant. Confort, rapidité, efficacité. En gare de Kyoto, les trains à grande vitesse se suivent à quelques minutes d’intervalle, s’arrêtent à l’endroit exact délimité sur le quai, les voyageurs sortent et descendent, et 2 minutes après son arrivée, le train est déjà loin. Une poignée de secondes plus tard et il aura déjà atteint la confortable vitesse de 270, voire 300 km/h.

Ensuite, après un second Shinkansen, nous arrivons à Hiroshima, où nous prenons un train local qui nous conduit au débacradère de Miyajimaguchi. De là, le ferry nous emmène sur le lieu de notre deuxième star de la journée, le tori de Miyajima.

Nous profiterons du tori durant toute la fin de la journée et de la soirée, et le moment le plus beau sera bien sûr au coucher de soleil, et la nuit, lorsque tous les touristes auront quitté l’īle.