La grande traversée: Bodø-Syracuse en train

Cela devait être le grand voyage du mois de juin 2020. Avec ma fille, nous avions planifié il y a presque un an d’entreprendre cette traversée un peu folle de l’Europe, du Nord au Sud et en train. Les premiers itinéraires étaient en préparation, et puis en mars dernier, il a fallu se résoudre à reporter cette aventure de quelques mois.

Pour préparer cette expédition, le guide « Europe by Rail », dont la dernière édition est sortie en fin d’année dernière, a été très précieux. Je l’ai d’abord testé sur quelques itinéraires en Suisse et en Angleterre: les auteures Nicky Gardner et Susanne Kries vont jusqu’à vous dire de quel côté vous asseoir pour ne rien manquer des paysages! Un site Internet  sur lequel on retrouve des descriptions des itinéraires ainsi que des articles réguliers complète les indications du livre.

S’il est un peu difficile à trouver en Suisse, le site Internet donne une liste des librairies en Europe auprès desquelles il est possible de se procurer cette bible indispensable à toute personne prête à, bientôt, arpenter à nouveau les voies ferrées européennes.

A bientôt donc, entre Bodø et Syracuse!

« J’aime le nattô », un récit graphique sur le Japon

Hikari est un mot japonais qui signifie « lumière ». C’est aussi le nom d’un train à grande vitesse au Japon. En France, c’est le nom d’un éditeur, basé à Lille, qui publie des livres qui sortent de l’ordinaire. Ses « Portraits de Villes », qui donnent la parole aux habitants d’une cité, permettent d’aborder les capitales sous un oeil différent. J’en reparlerai dans un prochain article.IMG_5909
« J’aime le nattô », je l’ai découvert au hasard d’une visite au stand de l’éditeur au Salon du livre de Paris il y a deux ans. Il s’agit d’un récit graphique de Julie Blanchin Fujita, une Française partie un matin vivre à Tokyo. C’est son expérience qu’elle nous décrit dans ce très beau livre, avec force détails sur les spécialités japonaises. Les spécialités culinaires, bien sûr, comme, justement le nattô, un plat à base de haricots fermentés qu’on prend au petit-déjeuner, ainsi que d’autres plats typiques, qui sont énumérés et dessinés dans l’ouvrage. On y trouve aussi des descriptions des différents appartements dans lesquels l’auteure a vécu, les tatamis, les bains, les transports publics, les Japonais…

Le livre a la particularité d’être bilingue, puisque tous les commentaires qui agrémentent les dessins sont en français et en japonais. Qui a traduit les textes français en japonais? En lisant le livre jusqu’à la fin, vous le saurez…

 

 

Pour voyager quand même…

Impossible de voyager en ces jours de confinement. Aujourd’hui mardi, je devrais être tout juste rentré d’une promenade ferroviaire en Angleterre et sur le point de partir à La Haye… Du coup, il ne reste plus qu’à voyager en textes et en photos. Des publications régulières sur ce site inviteront ces prochaines semaines au voyage ou à la lecture. Première étape: un rendez-vous à la Haye.
9CB76B5F-FE0B-4358-AB0F-690B2CE44B64