L’Amérique, part 1

Depuis quelques semaines, lors des discussions sur les vacances prochaines devant la machine à café, au boulot, je testais un « Je vais en Amérique ». L’Amérique… A chaque fois, j’employais ce mot plutôt qu’ « aux USA », ou encore « aux States », qui aurait fait un peu vieux jeune. L’Amérique, c’est à la fois désuet -on pense assez vite à la chanson de Joe Dassin, c’est dire- mais ça envoie dans l’atmosphère un peu nespressoisée de la cafèt une bouffée de rêve… américain bien sûr.

Le voyage débute bien avant le départ. Dans la bibliothèque des livres que l’on a lus, de Paul Auster à John Steinbeck -quel plaisir de découvrir récemment A l’Est d’Eden– mais aussi Robert Littel, Jérôme Charyn et tant d’autres. On y ajoute encore de la musique, beaucoup de musique, de Bob (Dylan) à Bruce (Springsten), en passant par George (Gerschwin) et John (Coltrane).

On parsème le rêve d’une dose d’actualité quasi quotidienne, de Trump à la Cour suprême et ses décisions, bref, on arrive la tête bien pleine de clichés.

Mais le rêve américain commence aussi devant un écran d’ordinateur et la lecture des conditions d’entrée puis du remplissage en ligne des demandes de visa simplifié. Puis des données des passagers sur le site de la compagnie. Puis du téléchargement des certificats Covid, puis du passage de la sécurité, puis des questions un peu insolites.

La premiére étape de notre périple sera Seattle, suivie de Portland, dans le Nord-Ouest. Ensuite, plus traditionel, ce sera une journée à Washington et une petite semaine à New York. En route…

C’est Iceland Air qui nous emmène de l’autre côté de l’Océan atlantique, avec une escale à Reykjavik. Une option assez efficace, car elle permet d’éviter certains aéroports peu efficients ces temps – nos bagages nous attendaient à l’arrivée- et une correspondance assez rapide d’à peine plus d’une heure en Islande. Les avions ne sont pas très grands, un 737 et un 757, les repas sont payants, mais cela est compensé par les incroyables paysages survolés: le Groenland, notamment et ses vastes étendues de neige et de glace.

Survol du Groenland

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s