Seattle-Portland, un trajet en train

En 2022, Les Etats-Unis ne sont pas vraiment le pays du train. Si les chemins de fer ont largement contribué au XVIIIe siècle à l’essor du pays, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. Les grandes villes se sont développées en s’étendant sur de larges portions de territoire et le pétrole a fait le reste : pour se déplacer, on prend la voiture, l’avion, ou le bus.

Prendre le train entre Seattle et Portland, c’est faire un voyage dans le temps. Au début, lorsque l’on effectue la réservation, on ne se doute de rien, tout est électronique et performant. On reçoit rapidement une carte d’embarquement électronique et le billet, pris suffisamment à l’avance coûte 28 dollars pour un trajet de trois heures vingt-cinq. Quelques jours avant le départ, Amtrak, la compagnie qui exploite la plupart des lignes américaines pour le transport de voyageurs, propose de parier pour un éventuel surclassement en classe business, comme pour les avions.

Première surprise, la gare de Seattle, qui dessert une agglomération de plus de quatre millions d’habitants, possède à peu près le même nombre de quais que la gare de Nyon. Quant au nombre de trains, Nyon en voit passer une dizaine par heure, Seattle une dizaine par jour… En revanche, en moins d’une heure, nous avons vu passer des gigantesques trains de marchandises, avec des wagons transportant deux étages de conteneurs.

Nous passons au guichet des bagages pour les enregistrer, une pratique assez agréable, puisque nous déposons nos grosses valises, ce qui nous évite de les transporter avec nous dans les voitures.

Nous admirons, avant d’entrer dans le hall rénové du bâtiment, le quasi campanile qui orne la gare. Pas de grand panneau des départs, mais quelques écrans suffisent pour donner les informations sur les rares trains de l’après-midi.

Le « campanile » de la gare de Seattle
Le panneau des départs: 4 bus, 2 trains

Une vingtaine de minutes avant l’heure dite, un employé de la compagnie va se placer vers l’une des portes donnant sur le quai, puis, sans micro, de sa voix portante de ténor, il annonce le début de l’embarquement…

Le hall de la gare de Seattle

D’abord les passagers en classe business, qui occuperont une demi-voiture tout à l’avant du convoi. Ensuite les groupes de trois personnes et plus ainsi que les familles… c’est à nous! Nous longeons le train jusqu’à l’entrée de la première voiture, devant laquelle un contrôleur nous répartit dans le train selon notre destinations.

Cette fois, c’est bon, nous pouvons prendre place dans des voitures de type « Horizon », pas toutes neuves. Gris métallisé à l’extérieur, et style années 60 à l’intérieur. il s’agit en fait de voitures construites à la fin des années 80 par Bombardier, sur le modèle des voitures Comet datant du début des années 70. Quelques photos pour se faire une idée.

Mais il est grand temps de partir, nous avons déjà pris 15 minutes de retard au départ à cause d’un probable problème technique. En quittant la ville de Seattle, nous entendrons souvent le traditionnel klaxon de la locomotive, à chaque passage à niveau.

Un signal typique de passage à niveau.

Passage devant une usine Boeing dans la banlieue de Seattle

Ensuite, pendant près de 3 heures 30, nous serons bien balancés à-travers les paysages de l’état de Washington, alternant zones industrielles, dépôts immenses de camions, mais aussi forêts, lacs, montagnes…

Puis le convoi traverse la rivière Columbia, et nous voici dans l’Oregon. Deux ou trois miles encore et nous arrivons en gare de Portland. Quelques voies, que l’on traverse directement à la sortie du train pour aller récupérer nos bagages dans le local d’arrivée, qui semble ne pas avoir beaucoup changé depuis les années 50…

La gare de Portland

Le local bagages de la gare de Portland

Nous voici donc arrivés au terme de notre première expérience ferroviaire de ce voyage. Nous en ferons une autre plus tard, entre Washington DC et New York. Mais prendre le train reste donc une aventure un peu désuète et un peu marginale dans cette partie du pays. notre convoi ne comportait que quatre voitures, et il y a en gros 4 à 5 trains par jour entre Seattle et Portland…

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s