Les dessous étonnants de Londres

Lorsqu’on en a assez d’arpenter les villes en surface, pourquoi ne pas le faire en profondeur ? Londres possède quelques surprises ferroviaires intéressantes. Suivez le guide.

Combien de fois suis-je déjà allé à Londres ? La capitale du Royaume-Uni fait partie, avec Paris, des villes dont j’ai depuis longtemps arrêté de compter le nombre de visites. On se souvient toujours de la première fois avec une ville, et Londres, ce fut à 14 ans, à l’occasion d’un tour de trois semaines en Grande Bretagne en famille et en Morris Marina. Oui, en Morris Marina… La voiture, anglaise qui fut notamment considérée comme la voiture la plus moche de tous les temps. Pourquoi mes parents avaient-ils acheté cette chose ? Ce n’est pas le sujet de cet article, mais la voiture avait un radio-cassette et j’avais acheté dans le ferry la cassette « News of the world » de Queen et nos premiers tours de roues anglais furent rythmés par « We will rock you ».

Mes premiers souvenirs de Londres sont lointains, et recouverts des différentes couches que chaque voyage a ajoutées. Quelques images néanmoins : les banquiers en chapeau melon et parapluie dans les rues de la City, la file d’attente de la Tour de Londres, qui resta parfaitement flegmatique lorsque nous dépassâmes tout le monde par mégarde, ma première cassette des Beatles, « Beatles for sale » , achetée dans le magasin HMV historique d’Oxford street, Big Ben, et les banana-split, desserts invariables de la chaîne de restaurant Wimpy, que nous fréquentions inlassablement depuis trois semaines, car chaque membre de la famille, dont les goûts culinaires étaient passablement réduits, y trouvait son compte.
Lors de mes dernières visites, j’ai cherché à découvrir des aspects moins connus et plus mystérieux de Londres. Ça se passe en sous-sol, suivez le guide…

Les stations de métro oubliées
Le rendez-vous a lieu juste au bas de l’un des nombreux escaliers d’accès à la station de métro de Charing Cross. Chaque membre de la petite troupe qui s’est formée là reçoit, à l’appel de son nom, un gilet jaune, ainsi que les prescriptions de sécurité, avant de partir à la découverte des sous-sols méconnus de la capitale. Une fois équipés, nous entrons dans la station, sous le regard un peu interrogateur, mais néanmoins flegmatique, des passants. Le guide nous ouvre une porte un peu de côté, et nous voici dans un autre monde : une station de métro parallèle. Tout y est, les escalators, les couloirs, les quais, les rails, les publicité, et personne. On se croirait en plein confinement du coronavirus…

IMG_9516
Une station de métro sans voyageurs

Nous sommes en fait arrivés dans une station abandonnée il y a quelques années, lors du prolongement de la ligne Jubilee. La station que nous visitons en était le terminus et la ligne passe désormais un peu plus loin, pour continuer en direction du Sud. Mais des convois peuvent toujours y accéder et elle est désormais destinée aux tournages de films. Des scènes de «Paddington », mais aussi de James Bond (« Skyfall »)ont été tournées ici. Etrange sentiment de solitude dans cette station déserte, garnie de publicités anciennes. Mais continuons nos découvertes. La suite du tour nous emmène dans des galeries de chantier qui permirent d’acheminer matériaux et gravats lors de la construction de la nouvelle ligne, puis nous visitons un énorme puits de ventilation. Celui qu’emprunte James Bond dans le film lorsqu’il poursuit le méchant dans le métro.

IMG_9529
Puits d’aération du métro londonien

Nous progressons dans les galeries qui servent à faire circuler l’air dans les couloirs du tube, au cœur d’un système compliqué de couloirs. Régulièrement, le bruit d’une rame de métro qui passe au-dessous de nous rythme notre progression dans les coulisses du Tube. Le plus étonnant restera le regard surpris des usagers lorsqu’ils virent une porte en forme de grille d’aération s’ouvrir et laisser sortir une quinzaine de badauds en gilet jaune…

Il existe plusieurs visites différentes des coulisses du métro. Celles-ci sont organisées par le London Transport Museum, et le calendrier peut être consulté sur leur site dédié. La visite de la station Picadilly Circus, qui abrita notamment durant la guerre de nombreuses œuvres d’art (en plus des Londoniens eux-mêmes) est également intéressante. Désormais, à chaque fois que je planifie un séjour à Londres, je me renseigne sur les visites prévues das le Tube.

Le réseau ferroviaire souterrain de la poste anglaise
Les lettres et les colis anglais, le Royal Mail, ont souvent pris le train. Pas seulement les traditionnels wagons postaux, mais aussi un chemin de fer un peu particulier : un réseau ferroviaire souterrain dédié sous la capitale britannique. On peut désormais visiter une partie de ce métro postal, qui fut construit en 1927 et qui reliait notamment les offices de postaux de la capitale jusqu’en 2003, ceci afin d’éviter les embouteillages en surface. C’est par la boutique du Musee de la poste, situé juste à-côté de la poste centrale de Londres, qu’on descend dans l’une des gares souterraines de ce train particulier.

IMG_9163
La gare du Mail Rail

Nous entrons alors dans une « gare » souterraine, et prenons place dans un petit train, similaires à certains convois que l’on trouve dans des mines. Et c’est parti, notre convoi va effectuer une petite boucle dans les sous-sols de la poste centrale. Arrêt à une gare de chargement sur les murs de laquelle un film retraçant l’histoire du réseau postal souterrain est expliquée. Puis retour à la gare de départ. Notre train n’aura certes pas traversé tout Londres, il n’est pas possible d’aller très loin, probablement pour des raisons de sécurité. Néanmoins, cette visite permet de découvrir un aspect plutôt caché de la ville de Londres et de ses sous-sols.

IMG_9181
Dans les sous-sols londoniens, avec le train de la poste

Pour celles et ceux qui veulent découvrir les coulisses des villes, Londres est une mine d’or. Il est possible, par exemple, de visiter les coulisses de certains théâtres prestigieux : les immenses coulisses de l’opéra de Covent Garden, ou encore ceux du Royal Albert Hall. Visites et renseignements sur leurs sites respectifs. Il existe encore d’autres endroits cachés ou à explorer, sur lesquels nous reviendrons dans un article futur.

Quelques liens utiles :