Un bol d’air irlandais à Howth

Il suffit d’une petite vingtaine de minutes en train depuis le centre de Dublin pour se retrouver à Howth, d’où l’on peut aller faire une très belle promenade à pied sur un sentier le long de la côte. Un peu de soleil, pas de vent, et on a presque chaud en ce mois de janvier. D’ailleurs le pub du coin nous accueille avec un agréable feu de cheminée…

805CA855-BAF8-4AA5-8235-D136023384B5  90BDCD25-8FA9-4AD0-B789-8E47B54E1A7731209984-4EC7-4B49-AEB7-B4D52E0DCF3D85C0AAC2-B82B-4F16-9B8B-79F68EFDEC275F4CE0E5-9C86-46B1-A0E8-4BDD79E211DD

De la musique partout dans les pubs

Difficile de déterminer le nombre de musisiens qui jouent dans les pubs de Dublin. Ils sont des dizaines à distraire  haque soir les touristes et les amateurs de musique irlandaise. Bien sûr, il y a ceux qui jouent un répertoire mixte, une chanson des Beatles, un traditionnel irlandais et ainsi de suite, et ils sont nombreux. Combien de versions de «Dirty old Town » a-t-on entendues en trois jours…

Et puis il y a aussi les autres musiciens, dans les pubs un peu plus décentrés, comme le Celt, qui offrent un répertoire un peu plus traditionnel.

Un escape game dans un bateau et une belle bibliothèque

A Dublin, on passe en peu de temps d’un escape game à une belle bibliothèque. Le centre ville n’est pas très grand et on peut faire une bonne partie des promenades à pied.

Ce mardi matin, nous partons vers le quartier des anciens docks qui, comme dans de nombreuses villes, est en plein redéveloppement. Nouveaux bâtiments, appartements chics et mêmes petites péniches à louer sur les quelques canaux du coin. C’est d’ailleurs dans l’une de ces péniches que se déroule l’escape game que nous avons réservé… Un bateau en détresse et à la dérive. On n’en dira pas plus, mais c’est l’un des meilleurs escape games que nous avons pratiqué jusque là! Son nom: escape boats Dublin, nous le recommandons.

87E4D30F-CE2E-45F6-870E-2EFF75B2A3A0

Après ces aventures, nous avons faim et nous trouvons un pub sur le chemin du Tinity College, notre prochaine étape.

6C563A8E-E7D3-4697-8142-E3CDB282EC57363CD553-116A-4EC2-BCD2-FB0B328C8D98

Après avoir dégusté un substantiel repas de pub, lasagnes avec frites, nous arrivons au Trinity College, et prenons le temps d’aller visiter sa magnifique bibliothèque.

Ensuite, cap sur la Chester Beatty Library, pour admirer les pièces et oeuvres d’art japonais notamment. Puis nous prenons le temps de flâner dans les rues piétonnes, avant d’aller faire un tour dans un pub avec musique. Le Norseman.

FCA92598-3120-492B-B3EC-58A4DDF855E7

Temple Bar

Temple Bar est quasi désert en cette période de l’année. On rencontre bien un ou deux rares groupes de Français en tournée des bars, ou encore un groupe de trentenaires Mancuniens qui danse dans un pub. Cela ne nous empêchera pas d’aller y écouter de la bonne musique, pas toujours irlandaise, on y chante aussi les Beatles et du Pink Floyd, mais bon, on peut pas tout avoir! Les vrais sets de musique irlandaise traditionnelle sont un peu plus cachés!

Beatleweek 2018 : à la recherche des Beatles à Liverpool

L’avion d’Easyjet survole la campagne anglaise, qu’on aperçoit depuis les hublots, entre les nuages. Dans une petite vingtaine de minutes, il atterrira à l’aéroport de Liverpool. Là où, durant un long weekend se tient depuis de plus de 30 ans la Beatleweek, un festival entièrement consacré aux Fab Four…

IMG_2683

Lire la suite…

Alors le Japon, c’est bien?

Oui! Quatre semaines, c’est une bonne durée pour se faire une petite idée du Japon. Découvrir la beauté des sites de Kyoto et de ses environs, les extraordinaires temples, admirer le tori géant de Miyajima au coucher du soleil (un peu cliché, certes, mais tellement beau!), visiter Himeji, Kanazawa, admirer les oeuvres d’art de l’île de Naoshima, et puis encore passer 10 jours dans la mégapole de Tokyo…
Certes, le voyageur de 2018 n’est plus forcément « lost in translation », aidé qu’il est par les assistants électroniques: une app qui photographie un menu en japonais et le traduit automatiquement en anglais évite les surprises culinaires, par exemple, tout comme les itinéraires des transports publics établis par google (même s’ils ne sont pas toujours parfaits).
Il n’empêche, que ce soit d’un point de vue culturel, culinaire ou humain, ce voyage au Japon fut une véritable découverte et un vrai enchantement, que nous poursuivrons en mangeant quelques Tokyo bananas et ramens (pour certaines des nouilles séchées en grande quantité) et en lisant des auteurs japonais.

 

Lectures de voyage : auteurs japonais

Que lire avant, pendant (si on a le temps) et après un voyage au Japon? Il y a tellement d’auteurs, mais voici un petit choix tout à fait subjectif.

Avant de partir, pour se faire une idée sur les Japonais et la société japonaise, l’excellent livre de Karyn Poupée, Les Japonais.

On y parle de Yamato, le transporteur, du formidale succès des magasins seven eleven, des portiques performants à l’entrée des gares et des stations de métros, bref, de la société japonaise au quotidien. A lire absolument!

En littérature, il y a bien sûr l’incontournable Murakami, avec 1q84 ou encore Kafka sur le Rivage. Les autres livres ou recueils de nouvelles sont aussi agréables à  lire.

Dans un style différent Les délices de Tokyo, de Durian Sugekawa qui raconte la très belle histoire d’une vendeuse de dorayaki, la célèbre pâtisserie japonaise aux haricots rouges, qui engage une vieille dame comme aide, et qui voit sa clientèle doubler grâce aux talents de celles-ci.

Les romans toute en finesse de Hiromi Kawakami , par exemple l’excellent Les années douces, qui raconte la rencontre entre une ancienne élève et son professeur de japonais dans un bar de la ville, et la relation qui va se nouer entre eux.

Il y a encore bien sûr l’incontournable Yukio Mishima, ou alors les livres un peu déjantés d’Ibeo Hokuda, par exemple Les remèdes du docteur Irabu,un psy qui semble guérir la folie de ses patients par la folie…

De quoi passer d’excellentes heures de lecture. Les liens renvoient au site Internet de Payot, car c’est une très bonne librairie et parce que son rayon littérature japonaise est très bien fourni!

Dernière journée à Tokyo

Ce matin, nour rendons l’appartement, c’est notre dernière journée à Tokyo, avant de passer la nuit à Narita. Jeudi soir, nous avons passé avec succès le test des valises: arriver à tout mettre à l’intérieur sans dépasser le poids… Restait à passer la deuxième épreuve ce matin: aller à Shinjuku, la gare la plus fréquentée du Japon, avec plus d’un million de voyageurs par jour, et trouver quatre casiers à bagages larges pour nos valises… Eh bien nous y sommes arrivés, en trichant un peu, en trouvant des casiers à l’office du tourisme, juste à-côté, tout ça en se faisant bousculer par des pendulaires pressés… une dame a failli sauter sur ma valise, tellement c’était exactement par là qu’elle voulait aller…

Une fois libérés des bagages pour la journée, nous allons faire une petite promenade en bateau sur la Sumida, entre la Skytree et le marché aux poissons.

Agréable, car cela permet de découvrir la ville sous un autre angle, et puis aussi parce qu’il y a de l’air conditionné dans le bateau. Et comme on avait un joli 37 degrés aujourd’hui ça aide!

Ensuite, une petite montée en ascenseur panoramique jusqu’au 44e étage d’un building pour admirer encore une fois la vue, et en route pour Narita, non sans avoir au préalable été récupérer nos bagages. Le voyage en train Narita Express est très agréable.